L’huile d’olive algérienne va t-elle finir par concurrencer ses voisines méditerranéennes sur le marché européen ? Le challenge semble en tous cas en passe d’être tenté par la marque Kotama qui a expédié la semaine dernière une cargaison de 10 000 litres à destination du vieux continent.

Propriété de Mohamed Benseghir, l’huile Kotama a donc décidé d’attaquer l’Europe à commencer par la France, la Belgique et l’Angleterre. L’expédition de ses premiers lots ne sont qu’un « début d’une opération d’exportation de ce produit qui devra se poursuivre sur plusieurs mois », a déclaré à l’APS l”ambitieux homme d’affaires.

Partenaire d’un importateur étranger, pour une durée de 3 ans, le producteur algérien a en outre précisé que la convention signée entre les deux parties portait sur une « quantité de 10 000 litres par mois ». 

Pour pouvoir s’exporter depuis Jijel, lieu de production du précieux liquide, M.Benseghir a dû satisfaire « aux normes imposées par le Conseil Oléicole international (COI) ». Un cahier des charges qui exige la mécanisation de la cueillette, le transport des olives dans des caisses – et non pas des sachets – , l’extraction des olives dans les 72 heures au maximum après la cueillette, le conditionnement dans des bouteilles en verre, en argile ou des réservoirs en inox, sans exposition à la lumière.

Selon la Chambre d’agriculture de Jijel (CAJ), l’oléiculture dans la wilaya représente 18 000 hectares dont 14 500 sont entrés en production. Le rendement moyen par exploitation varie entre 18 et 22 litres par quintal. En 2019 conclut la CAJ, ce sont plus de 6 millions de litres d’huile d’olive qui ont été extraites de cette terre bénie. 

Mansouria Fodeili