La sélection algérienne de football et son homologue tunisienne se sont neutralisées (1-1) ce mardi soir en match amical au stade du 19 mai 1956 de Annaba. Riyad Mahrez a répondu sur pénalty à l’ouverture du score de Montassar Talbi.

Pour ses retrouvailles avec le stade de Annaba, après douze ans d’absence, l’Algérie a éprouvé toutes les peines du monde à prendre le dessus face à des Aigles de Carthage agressifs et qui ont su déployer leurs ailes pour contrecarrer les plans de Djamel Belmadi.

Ce sont d’ailleurs les visiteurs qui ouvriront la marque sur corner. Profitant de l’apathie de la défense algérienne, Talbi plaça une tête imparable (7′) que ni Zeghba, ni Zerrouki ne purent empêcher d’entrer dans les filets.

Cueillis à froid, les Verts attendront le dernier quart d’heure pour bénéficier d’un pénalty que Mahrez parvint à transformer malgré sa glissage au moment de le botter (38′).

En seconde période, les changements opérés à l’heure de jeu par le sélectionneur national, avec les entrées cumulées d’Aouar, de Bounedjah et d’Amoura, apportèrent la vitesse et la verticalité qui manquaient au collectif algérien.

En dépit de la domination des Champions d’Afrique 2019, qui s’est matérialisée par une demi douzaine d’occasions, le score n’évolua pas jusqu’au coup de sifflet final.

En étant tenu en échec par de vaillants tunisiens, nul doute que Belmadi saura en tirer les enseignements nécessaires pour rectifier le tir à quelques mois d’une Can en Cote d’Ivoire qui s’annonce très relevée.