La ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables (MEER), Mme Fazia Dahlab, a annoncé samedi à Nâama que son département préparait l’installation de stations d’énergie solaire destinées aux agriculteurs et aux investisseurs dans les cultures stratégiques.

Intervenant dans un colloque intitulé « Nâama: perspectives prometteuses pour l’investissement dans les cultures stratégiques et le développement des races locales », M Dahleb a indiqué que le financement du programme s’effectuera à hauteur de 50 % « par le ministère de l’Environnement et de l’Energie renouvelable, et le bénéficiaire ».

Elle a poursuivi en expliquant que ses services avaient lancer un appel, sur la plateforme du ministère, pour « recenser les agriculteurs et les investisseurs intéressés par le programme », et pour étudier des demandes en les classant « suivant les priorités », avant d’entamer les travaux de réalisation.

Mme Dahleb a, par ailleurs, mis en exergue « l’importance de l’investissement scientifique » pour le développement de solutions innovantes en vue « de préserver la ressource naturelle et sa gestion dans les régions du Grand Sud et des Hauts-plateaux », a-t-elle précisé.

Concernant la rencontre dans la wilaya de Nâama, la MEER a rappelé qu’elle avait comme objectif « de proposer des solutions concrètes aux défis auxquels fait face l’agriculture dans ces régions »,  et de réitérer l’intérêt accordé aux espèces et races locales « en vue de leur préservation ».  

Elle a également appelé à une étroite collaboration « entre les décideurs, les chercheurs, les agriculteurs, les éleveurs, les associations et les élus locaux » afin qu’ils intensifient « l’échange de points de vue » dans le domaine du renforcement des capacités des systèmes environnementaux « dans les zones sahariennes, les Oasis et les Hauts-plateaux » et dans la lutte « contre les changements climatiques », a-t-elle conclu.

Amale Hoummati