Voiture hybride

La nouvelle stratégie de la filière automobile prévoit la fabrication de véhicules électriques et hybrides pour cadrer avec la transition énergétique, a annoncé le ministre de l’Industrie, Ahmed Zeghdar.

« La nouvelle stratégie tracée pour l’industrie automobile tient compte de la fabrication de véhicules électriques et hybrides pour cadrer avec les objectifs de la transition énergétique adoptée dans plusieurs pays à travers le monde », a indiqué M. Zeghdar dans un entretien à l’APS.

Il a en outre précisé que des négociations étaient en cours avec des partenaires étrangers en raison de l’intérêt de l’Algérie pour « les énergies propres et renouvelables ». 

« Des négociations se sont tenues avec plusieurs constructeurs automobiles intéressés par l’implantation d’usines locales en Algérie. Elles s’inscrivent dans le cadre des prochaines rencontres visant la mise en place d’un cadre réglementaire régissant ce créneau », a-t-il ajouté.

En ce qui concerne l’importation de nouveaux véhicules – que le citoyen peut exercer à titre individuel – le ministre a fait savoir qu’une révision du cahier des charges était en cours afin d’y introduire « quelques amendements censés conférer davantage de facilitations », a-t-il expliqué.

Il a également souligné que le comité technique interministériel chargé de l’étude et du suivi des dossiers des concessionnaires de véhicules neufs examine « les 73 dossiers déposés par les opérateurs », et que les réserves émises sur certains projets ont trait à « des dysfonctionnements techniques ». 

Interrogé sur la problématique de l’approvisionnement du marché en équipements électroniques et en électroménagers, le ministre de l’Industrie a fait savoir qu’il n’y avait pas de frein à leur importation mais que le secteur avait besoin « de réorganiser » l’activité.

« Il importe de suspendre les exonérations douanières sur les intrants de cette industrie car ce système a incité les entreprises à renoncer à réaliser le taux d’intégration escompté », s’est-il justifié.

Et de compléter : « Il s’agit de suspendre l’octroi des décisions d’avis technique pour les kits CKD et SKD, sans interdire l’importation des intrants de cette industrie ».

Brandissant le décret n 20-313 fixant les modalités d’admission des opérateurs exerçant les activités de production des produits et équipements électroniques et électroménagers, au bénéfice du régime fiscal préférentiel, le ministre a rappelé que le texte exige « un taux d’intégration précis pour chaque produit » pour bénéficier « des exemptions ».

« Nous sommes en train d’opérer des modifications pour barrer la route aux fraudeurs » a-t-il promis.

Mansouria Fodeili