Le ministre des Finances, M Laaziz Faid, a annoncé jeudi à Alger que son département avait enregistré « des résultats encourageants » en matière de services et de couverture bancaire. 

Invité à la Journée d’information sur l’inclusion financière et l’épargne, organisée par l’Association professionnelle des banques et des établissements financiers (ABEF), M. Faid a indiqué que le nombre d’agences bancaires avait atteint le nombre de « 1.734 à fin 2023 avec 6.500 points de vente pour les compagnies d’assurance ». 

Il a poursuivi en précisant que les « 4.000 agences d’Algérie poste » proposaient également des services financiers .

Le ministre a par ailleurs souligné l’existence « de 12 millions de comptes d’épargne » dont les dépôts dépassent les « 3.600 milliards de dinars », s’est-il réjoui. 

Et de compléter : « ces chiffres sont encourageants par rapport aux dernières précédentes, grâce aux efforts colossaux consentis par l’ensemble des établissements financiers en vue de promouvoir la qualité des services aux niveaux requis ».

A cet effet, le grand argentier a insisté sur la nécessité « de renforcer l’utilisation des moyens modernes de numérisation et d’intelligence artificielle » en raison, selon lui, de « leur grande efficacité » et de leur capacité « à changer la nature des services financiers classiques pour améliorer les transactions et réaliser l’inclusion financière et le développement économique ». 

Pour satisfaire cet objectif, M. Faid a rappelé le nouvel environnement mis en place par les pouvoirs publics à travers « l’adoption du Code de commerce électronique, la mise à jour de la loi sur la monnaie et le crédit et la création de l’Autorité gouvernementale pour la certification électronique ». 

Il a en outre expliqué que les institutions financières, dans le cadre du programme national de la culture financière, œuvraient à sensibiliser « toutes les catégories de la société » pour permettre aux consommateurs « de connaître ses droits et ses devoirs vis-à-vis des banques, des assurances et des institutions financières ».

De son côté, le gouverneur de la Banque d’Algérie, Salah Eddine Taleb, a mis en avant « l’importance de l’épargne pour le système financier ».

Puis, il s’est félicité de la progression des ressources collectées par les banques actives qui ont progressé « de 2,66% pour atteindre 14.917 milliards de DA » et du chiffre d’affaires de la finance islamique qui est passé de « 445 milliards DA en 2021 à 678 milliards DA à fin 2023 ».   

En conclusion, M. Taleb a encouragé les établissements bancaires à aller de l’avant « dans le développement et la diversification de leurs produits et services ».

Mansouria Fodeili