Le ministre de l’Industrie et de la Production pharmaceutique, M Ali Aoun, a indiqué, lundi à Alger, que son département oeuvrait à l’augmentation de la production locale de la fibre optique.

Invité du Forum de la Radio chaîne I, M. Aoun fait savoir qu’il s’était réuni avec les responsables de l’entreprise publique IMETAL – spécialisée dans la production de fibre optique -, et des producteurs privés afin « d’intensifier la production » conformément au souhait du Président de la république, M Abdelmadjid Tebboune qui, lors du Conseil des ministre du 22 mai dernier, a enjoint son ministre à développer et à financer cette activité. 

Il a poursuivi en expliquant que le groupe public produisait déjà quelque 20.000 km de fibre optique sans arriver toutefois « à couvrir les besoins du secteur des télécommunications » .

« C’est pourquoi nous nous attelons à accélérer la production en vue de couvrir les besoins de ce secteur », a-t-il ajouté.     

Evoquant les entreprises publiques activant dans l’industrie, et qui emploient 94.000 travailleurs, le ministre a précisé qu’elles réalisaient « 500 milliards de dinars » de chiffre d’affaires dont « 450 millions de dollars US » principalement générés par Steel, la société algéro-qatarie.

Il a également rappelé que ses services ont élaboré « une feuille de route » pour le développement des filières à fort potentiel telles que les industries « de transformation, mécanique, de la sidérurgie, du textile, du cuir, et de l’industrie pharmaceutique », a-t-il détaillé.

A cet effet, M Aoun a insisté sur l’amélioration de la production industrielle publique à travers  « des contrats de performance » qui visent « à optimiser la gestion des entreprises ».

« Il est impossible de gérer un groupe de 25 entreprises, dont chacune compte de 5 à 6 usines, par un seul PDG », a-t-il constaté.

Le ministre de l’industrie s’est par ailleurs réjoui du montant des exportations de la sidérurgie algérienne qui a atteint « un milliard USD, l’année passée ». Il a ensuite annoncé que le groupe privé Tosyali avait commencé à fabriquer du fer plat pour « la production automobile et de l’électroménager ».

Il a conclu sur la nécessaire diversification de la production du ciment – dont la capacité de production actuelle est de 40 millions de tonnes – qui a généré, en 2023, 400 millions USD à l’exportation.

Mansouria Fodeili