Le budget des projets structurants a atteint ces trois dernières années un montant de 6500 milliards de dinars a indiqué mardi à Alger, le Directeur général du Trésor et de la gestion comptable des opérations financières de l’Etat (DGTGCOFE), M Hadj Mohamed Sebaa

Invité sur les ondes de la radio nationale, M. Sebaa a fait savoir que les d’investissement de l’Etat étaient « constants », ces trois dernières années, avec des sommes correspondant à 6500 milliards DA, « dont 1900 milliards DA alloués en 2021, 1900 milliards DA en 2022 et 2700 milliards DA en 2023 », a-t-il détaillé.

Il a poursuivi en soulignant que le budget 2024 prévoyait « des autorisations d’engagements de dépenses d’investissement pour un montant de 2800 milliards DA ».

Il a par ailleurs expliqué ces projets font partie intégrante du Plan d’action du Gouvernement qui ont pour finalité « de stimuler la croissance économique, de promouvoir l’emploi, d’encourager les exportations et d’améliorer le bien être des citoyens », a-t-il précisé. 

A ce propos, le DG du Trésor a cité les différentes réalisations telles que « le complexe de phosphate intégré », qui a bénéficié d’un financement de 700 milliards de DA, « l’exploitation de la mine de fer Gara Djebilet » et ses 1014 milliards DA investis ou encore « sept stations de dessalement de l’eau de mer » pour un montant de 206 milliards DA.

Il s’agit également « du projet d’équipements et d’extension du métro d’Alger avec un montant 1157 milliards DA, d’extension » ainsi que les programmes « de développement des énergies renouvelables de 126 milliards DA et de modernisation des réseaux ferroviaires qui ont couté ensemble quelque 2786 milliards DA », a-t-il ajouté.

En ce qui concerne les retombées attendues des différents investissements, le haut fonctionnaire a rappelé qu’en 2023, le taux de croissance était de l’ordre de 4,2%.

« Il est prévu le maintien de ce taux de croissance à 4% avec un Produit intérieur brut (PIB) de 35.000 milliards DA, soit l’équivalent de 255 milliards de dollars », anticipe-t-il.

Et de conclure : « Nous projetons de réaliser les meilleurs taux de croissance dans la région durant les trois prochaines années pour atteindre le niveau annoncé par M. le Président de la République, à savoir 400 milliards de dollars de PIB en 2026 ».

Mansouria Fodeili