Le président de la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI), M Kamel Hammi, a appelé mardi à Alger les entrepreneurs tchèques à profiter du climat des affaires « propice » pour investir en Algérie.

Dans son allocution d’ouverture du forum d’affaires algéro-tchéque, qui s’est tenu en marge de la 55e édition de la foire internationale d’Alger, M. Hamni a mis en avant la volonté de la CACI de « renforcer » la coopération économique et commerciale entres les deux pays via « l’organisation des voyages d’affaires et des rencontres entres les hommes d’affaires algériens et leurs homologues tchèques ».

Il a par ailleurs estimé que la rencontre entre les deux partenaires constituait un pas supplémentaire pour développer des échanges bilatéraux jugés « bien en deçà des potentialités existantes ». 

A ce propos, le responsable de la CACI a rappelé que les exportations algériennes représentaient à peine « 300.000 dollars en 2023 contre 130 millions dollars d’importations » venant de la république tchèque.

M. Hamni a, en outre, insisté sur la nécessité des investissements directs dans le plus grand pays d’Afrique grâce aux facilitations offertes par les pouvoirs publics, et notamment « l’accès au foncier et le coût compétitif de l’énergie » ainsi que « la ressource humaine qualifiée », a-t-il précisé.

De son côté, le vice président de la chambre de commerce tchèque,M Radek Jakubsky, a fait savoir que l’intérêt d’investir dans son pays permettrait à l’Algérie d’avoir « une porte d’entrée vers le marché européen ».

Présent au forum, le secrétaire général du ministère tchèque de l’Industrie et du Commerce, Valdimir Mana, a, quant à lui, émis le souhait que son pays développe la coopération dans les secteurs stratégiques tels que « l’énergie, les mines, l’agriculture, l’économie de la connaissance et l’agriculture ».

« Nous devons renforcer davantage la promotion commerciale et économique bilatérale en nous appuyant sur de nombreuses expériences réussies des entreprises tchèques sur le marché algérien », a-t-il ajouté.

Le haut fonctionnaire tchèque a conclu en présentant l’Algérie comme « l’un des partenaires commerciaux les plus prometteurs en Méditerranée ».

Mansouria Fodeili