La sélection algérienne de football affronte ce mardi (21h) la Mauritanie, au stade de la Paix de Bouaké, dans un match « décisif » pour la qualification de la CAN 2024, dans le groupe D. 

Troisième de sa poule, avec deux points, l’Algérie a son destin entre ses pieds face à la Mauritanie. Les Fennecs sont conscients qu’ils n’ont pas le droit à l’erreur s’ils veulent éviter le scénario catastrophique de 2021 au Cameroun, avec une élimination dès le premier tour.

Pour cela, Djamel Belmadi, qui a qualifié ce match de « décisif », se doit – avec ses joueurs -, de réaliser un résultat positif – une victoire ou un nul -, et espérer, dans le pire des cas, faire partie des quatre meilleurs troisièmes. 

De son coté, la Mauritanie – dernière du groupe avec deux défaites – n’est pas encore condamnée. Les Morabitounes peuvent encore finir parmi les quatre équipes repêchées à condition qu’ils réalisent l’exploit de renverser les Champions d’Afrique 2019.

«  L’Algérie sera un autre calibre par rapport à nos deux premiers adversaires.Ils peuvent marquer à n’importe quel moment. A nous de faire bloc pour être efficaces sur le plan défensif », a déclaré lundi en conférence de presse le sélectionneur de l’équipe mauritanienne, Amir Abdou.

Malgré cette différence de niveau, sur le papier, le coach franco-comorien estime que la clé de la rencontre se situera au milieu de terrain. « Le rapport de force va se jouer dans l’entre-jeu », précise M Abdou.

Et de poursuivre : « On est capables de faire très mal dans les transitions.La Mauritanie va chercher sa première victoire en phase finale ».

A la tête de la sélection algérienne depuis août 2018, Belmadi sait, pour sa part, que le droit à l’erreur face au voisin mauritanien est interdit.

« C’est un match important et décisif. Nous sommes souvent sous pression, c’est le football de haut niveau.Le plus important est d’être prêts pour ce match », a indiqué le natif de Champigny-sur-Marne avant de compléter : « nous avons beaucoup travaillé d’abord à Alger puis à Lomé. Les joueurs ont bien récupéré ».`

Si la condition physique est un élément déterminant pour performer, l’aspect mental s’invitera également parmi les ingrédients qui contribueront à la qualification.

 « La détermination et l’envie seront importantes sur ce match. Je m’attends à un combat physique et à une guerre psychologique », prévient M Abdou. 

« On n’a pas eu assez de temps pour préparer ce rendez-vous, mais il faudra être forts mentalement », anticipe, quant à lui, le milieu de terrain de l’AS Rome, Houssem Aouar.

Le sélectionneur national qui devra se passer, pour ce match, d’Ismael Bennacer (blessure) et de Ramy Bensebaini (suspension), est assez confiant sur l’état d’esprit qui anime ses troupes.

 « Je connais mon équipe. On n’a pas envie de quitter la compétition. On va se battre jusqu’au bout », a conclu le Meilleur entraineur africain en 2019.

Nasser Mabrouk