Le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l’Economie de la connaissance et des Startup, Yacine El Mahdi Oualid a souhaité jeudi lors d’un déplacement à Bord Bon Arreridj que l’Algérie, dans le cadre de la transformation de son économie, multiplie le nombre de ses incubateurs.

Selon M.Oualid, la multiplication de l’implantation d’incubateurs de startups devraient ainsi contribuer « à la consolidation de l’économie nationale, à l’encouragement de l’esprit innovateur et à la valorisation des ressources humaines pour bâtir une Algérie nouvelle loin de la dépendance aux hydrocarbures ».

Cette sortie à l’intérieur du pays a par ailleurs permis au ministre de constater que la capitale n’avait pas le monopole de la création de startup. « Il y a peu, la majorité des projets et idées de projets était concentrée à Alger. Les talents existent dans toutes les régions du pays », s’est-il félicité.

Face aux porteurs de projet qui rencontrent des difficultés, il a promis que son département était disposé « à lever les entraves et écueils » pour permettre l’accession au monde de l’entrepreneuriat. Il a par ailleurs annoncé « des avantages fiscaux »  ainsi que la création d’un fonds « qui aidera, précise-t-il les start-up à améliorer leur situation ».

Lors de son traditionnel rendez vous avec la presse nationale, Abdelmadjid Tebboune avait récemment indiqué que les pouvoirs publics accorderaient une attention particulière aux PME. « Les efforts de l’Etat seront principalement focalisés sur la création d’un solide tissu de petites et moyennes entreprises (PME) sous-tendu par un réseau de startups innovantes et de micro-entreprises »,  déclarait le Président de la république.

Le ministre délégué a conclu sa tournée en rappelant que l’Algérie comptait désormais « 1.200 start-up sur le territoire national ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici